2ACD : Six mois d’activités et des projets en vue… Par Imane El Hachimi (3)

Imprimer

Les 20, 21 et 22 Décembre derniers, 2ACD, en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a organisé à Dakar, au Sénégal, une session de formation sur les négociations commerciales. La rencontre, présidée par le Directeur de Cabinet du ministre du commerce du Sénégal, Mr Ismaël Diop, a permis de former 35 participants venant de 10 pays de l’Afrique de l’Ouest. 


Les 20, 21 et 22 Décembre derniers, 2ACD, en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a organisé à Dakar, au Sénégal, une session de formation sur les négociations commerciales. La rencontre, présidée par le Directeur de Cabinet du ministre du commerce du Sénégal, Mr Ismaël Diop, a permis de former 35 participants venant de 10 pays de l’Afrique de l’Ouest.

Ces récipiendaires ont été recrutés dans les différentes administrations publiques, le secteur privé,  le Patronat, la presse, les ONG et les milieux universitaires. L’objectif était d’offrir aux participants l’opportunité de mise à niveau, dans les domaines cruciaux des accords de l’OMC, des Accords de Partenariat Economique (APE), des processus d’intégration régionale et des accords commerciaux bilatéraux. Une semaine auparavant, 2ACD a activement participé à une session de formation similaire à l’intention des pays d’Afrique Centrale. Ces rencontres étaient le point final du premier semestre de fonctionnement de 2ACD. D’autres initiatives les ont précédées.

En collaboration avec Trade Policy Training Centre in Africa (TRAPCA), l’équipe de 2ACD a participé à la formation d’une centaine d’experts africains (entre Juillet et Octobre), venant de tous les secteurs d’activité. Les principaux domaines traités sont le Commerce International et Développement, le Commerce Sud-Sud et Intégration régionale en Afrique de l’ouest et du centre, le Commerce International et l’Intégration Régionale en Afrique de l’Est. Ces rencontres se sont déroulées respectivement au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Burundi où une réunion de travail a pu être organisée avec la Ministre du commerce, Mme Victoire NDIKUMANA pour faire un état des lieux sommaire des besoins de ce pays en matière de renforcement des capacités commerciales.

Avec d’autres organisations de la société civile, l’équipe de 2ACD s’est déployée dans des activités de coopération technique et de formation. Cela a été le cas lors de la formation sur les Négociations sur l’agriculture à l’OMC, à l’intention de responsables agricoles de la Région Rhône Alpes, sur invitation de l’ONG RONGEAD (Commerce International et Développement Durable). La table ronde organisée par Agriculteurs français et Développement International (AFDI) à Amiens, en France, sur les agricultures familiales : une réponse moderne au défi alimentaire, a été un moment important de l’agenda de 2ACD qui a permis de partager avec les producteurs d’un pays du Nord, la vision et la position des pays africains dans les négociations commerciales.

2ACD a en outre pris part aussi bien au Forum de l’OMC à Genève qu’au Forum Social Mondial à Dakar. Elle a apporté sa contribution à la concertation des organisations de la société civile africaine sur les questions de commerce et de développement lors d’un séminaire organisé à cet effet à Yaoundé. L’équipe de 2ACD a aussi assuré la direction d’une formation en ligne de 150 experts africains, sur l’intégration commerciale régionale, en collaboration avec l’OIF et l’UNITAR. Enfin, en dehors des terres africaines, 2ACD a assuré la formation d’une soixantaine de jeunes afghans aux problématiques du commerce et des techniques de négociations internationales. Ces formations se sont déroulées à Kaboul, en partenariat avec UMEF University de Genève et Dunya Institute of Higher Education de Kaboul.

Ces différents actes posés, en plus d’une dizaine d’études publiées en six mois de fonctionnement, nous incitent à croire en l’avenir. Avec le soutien de toutes les parties prenantes (organisations internationales, ONG, Universités, parlementaires, ministères) nous avons commencé à tracer le sillage qui nous mènera vers une meilleure participation africaine au commerce mondial.

Nous travaillons d’ores et déjà à donner un souffle nouveau à un dossier emblématique et important pour les pays africains : l’Initiative sectorielle pour le coton. Un dossier ambitieux sur la question est en préparation, avec la participation d’éminents experts des questions agricoles et du coton en particulier. Notre objectif sera de déterminer ce qu’il est encore concrètement possible de faire pour aider les pays africains à tirer leur épingle du jeu, aussi bien dans le domaine de la négociation que du contentieux. Ce dossier fera l’objet d’un numéro spécial de GLOCAL qui vous sera proposé à la fin du mois de Mars 2011.

Bonne lecture.